Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
La genèse du projet,  Le Délis'Blog,  Ma reconversion

Ma vie sans gluten ❊ Second bilan

« Dix neuf mois… après le diagnostic de mon intolérance et un second bilan, après le premier publié il y presque un an. Parce que je continue de recevoir des mails de lecteurs (trices) qui se posent beaucoup de questions, il me paraissait utile de partager avec vous ce nouveau billet. En espérant que cela en aidera certains(es)…

Au départ, je ne voulais pas entendre parler de ce régime qui me tombait dessus sans prévenir ou presque… Je n’avais qu’une seule question en tête : pourquoi ? Après tout, j’avais vécu plus de 30 ans comme ça, je fais du sport plusieurs fois par semaine, je bois rarement d’alcool, je ne fume pas, j’ai une hygiène de vie plutôt saine, alors qu’est-ce que mon corps pouvait avoir à me faire payer ? Ceux qui me connaissent savent que j’ai une nette propension à l’introspection, sans doute un peu trop poussée !

En réalité, j’ai compris que chacun des petits maux que je pouvais ressentir, même les plus anodins, agissait comme une petite inflammation et concourait à affaiblir mon état général. Que finalement malgré cette hygiène de vie plutôt saine, j’avais usé mon organisme en le nourrissant d’aliments qui ne lui convenaient pas et effectivement, cela faisait déjà plus de dix ans qu’il m’envoyait des signaux que je n’avais pas su entendre ou pas voulu comprendre. En réalité, je me nourrissais mal et pleine de bonne volonté, je m’empoisonnais chaque jour un peu plus ou un peu mieux. Aujourd’hui, après dix neuf mois d’un changement radical, une chose est sûre, je ne reviendrais plus en arrière. Je suis toujours suivie par mon médecin, je fais régulièrement des analyses qui démontrent que je n’ai aucune carence. Tout cela reste bien encadré.

Si physiquement tout va bien, dix-neuf mois plus tard, j’ai l’impression de n’être plus la même personne et ça c’est très déstabilisant. Je n’ai plus droit à aucune exception, je ne mange plus rien de ce que j’aimais avant, en toute logique mes goûts ont changé, évolué, ma cuisine s’est modifiée et je me suis rendue compte que j’avais sous-estimé beaucoup de choses lorsqu’on m’a annoncé cette intolérance. Tout cela a bouleversé bien plus que mes simples habitudes alimentaires, influençant ma façon de manger, ma conception de la vie. La nourriture agit sur votre état de forme, sur votre mental, sur le plaisir que vous pouvez prendre à manger, à vous nourrir en premier lieu, à cuisiner pour les autres, à être avec les autres (au restaurant par exemple ou lorsqu’on est invité). Je l’avoue, changer mes habitudes alimentaires, me résoudre à cette contrainte a été pour moi une vraie galère. Et ces derniers mois ont été une succession d’ascenseurs émotionnels, liés aux fluctuations de mon moral, alternant des phases de contrôle de mon régime alimentaire où je me sentais bien, et des phases de « craquage » où les crises prenaient le dessus. J’ai souvent eu le sentiment que toutes ces restrictions me fragilisaient, pas physiquement mais moralement. Dur, dur de parvenir à créer une harmonie entre les besoins de notre corps, de notre tête et la nourriture, l’équilibre est difficile à trouver ! Et comment construit-on ce nouvel équilibre ?

L’équilibre, c’est d’abord accepter les choses. Accepter ce qu’il en est maintenant. Peu importe ce qui s’est passé avant, la réalité est désormais celle-ci aujourd’hui. On peut se lamenter et continuer à se rendre malade ou on peut faire face, jour après jour et se rendre compte des bienfaits. L’équilibre, c’est aussi s’affirmer par rapport aux autres. Tout cela peut passer pour quelque chose de l’ordre du caprice. J’ai souvent entendu la question suivante : « C’est bizarre, comment ça se fait que ton corps ne tolère plus, alors qu’avant ça allait ? » ou alors « Oh, ça va, tu peux bien faire une exception pour cette fois ! ». Ceux qui ne le vivent pas, ne peuvent pas le comprendre et on se sent parfois bien seul… Tenir bon lorsqu’on est invité, savoir dire non plutôt que de se dire « je vais faire une exception » tout en sachant pertinemment qu’on sera malade dans les jours qui suivent. Ce week-end, j’étais invitée chez des personnes qui ne connaissaient pas mes intolérances. En pénétrant dans leur cuisine, je découvre un plan de travail débordant de feuilletés, de tartes, de gratin à la crème, de gâteaux au chocolat… Grand moment de solitude. Il y a quelques mois, je n’aurais pas voulu paraitre impolie et j’aurais fait des exceptions, autrement dit je me serais rendue malade. Ce dimanche, je me suis contentée d’une tranche de melon. Alors oui, j’étais affamée en rentrant chez moi, mais au moins je n’ai pas eu à payer le prix de mes excès. L’équilibre, c’est donc se préserver, garder à l’esprit qu’on ne fait pas les choses contre les autres mais pour Soi. Et le corps nous le rend bien, en dépit de toutes ces difficultés rencontrées depuis dix-neuf mois, de tous ces moments où j’avais l’impression de ne plus savoir qui j’étais vraiment, je ne me suis jamais sentie aussi bien. Même si j’ai mis du temps à accepter ce nouveau Moi…

Aujourd’hui, je suis toujours à l’écoute de mon corps, de ce qu’il peut me dire et en ce moment je n’entends plus rien… Hier, j’ai lu un article que j’ai trouvé très ironique, sur le régime sans gluten qui préserverait des dépressions ! Hum… Si je peux valider beaucoup de théories sur le régime sans gluten, si je reste stupéfaite de voir à quel point mon état de santé s’est amélioré en mettant en oeuvre des changements au demeurant si simples (bien que sur la durée, cela n’ait rien d’évident), cet argument me parait difficilement recevable. En effet, supprimez tout ce que vous aimez du jour au lendemain, soyez malade à chaque exception et vous verrez si quelques semaines plus tard vous n’êtes pas déprimé ! Je suis sceptique…

Le mot d’ordre vous l’aurez compris, c’est de ne rien lâcher ! Et entre nous, il y a des choses bien plus grave… Courage à tous ceux qui sont concernés et à très vite pour de prochaines nouvelles ! »

Article paru le 8 juillet 2014 sur le blog Réglisse & Marmelade

Cet article est paru sur le blog Réglisse & Marmelade. Un blog personnel que j’ai tenu pendant 6 ans sur lequel j’ai partagé mon parcours personnel depuis mon diagnostic jusqu’à la naissance de Natura Délis®, en passant par toutes étapes de ma reconversion professionnelle. Il me paraissait important de reprendre certains de ces articles afin que vous puissiez appréhender au mieux toute la genèse du projet. 

Crédits photos : Unsplash/Fabian Moller